Catégorie : POEMES DE L’OISEAU-LYRE

Léthé (L’Oiseau-Lyre)

Léthé Dans le fleuve d’oubli s’endorment les saisons En pages de jouvence et vieillesse éternelles Le silence noie les eaux des amours fidèles On dit qu’elle est vaine la satiété des sons. On dit que de ce fleuve d’or nul…

Lyre Calligramme (L’Oiseau-Lyre)

    Écoute  la  lyre Des Antiques et des Modernes, ses cordes liées aux siècles de font et se défont… Hypaté, Ancêtre première qui guide le poète et la muse Parupaté, Veuve des gammes portant le deuil d’Orphée Hypermèse, Mère…

Portraits à la Cour des Médicis (L’Oiseau-Lyre)

Poème-Souvenir de l’exposition Florence, portraits à la Cour des Médicis au Musée Jacquemart-André Des Anciens qui peuplaient les fresques florentines Qui se souvient, qui les entend ? Dépeins-les moi puisque l’oeil écoute, Puisque je suis aveugle et sans lumière. Décris-moi…

Impression Romaine (L’Oiseau-Lyre)

Il n’y a pas de vent ce soir sur Rome, Seulement le souvenir de Livie Son échappée lente au sein du forum, Dans le parfum des arbousiers jaunis. Des acanthes abaissent leurs feuillages Le long des fortes colonnes en ruines,…

Baptême de la rose Jean-Paul Guerlain

Gabrielle de Lassus Saint-Geniès a lu ses poèmes le samedi 6 juin 2015 lors du Baptême de la rose Jean-Paul Guerlain, créée par le célèbre rosiériste Jean-Jacques Gaujard et sa fille Aveline Gaujard. La rose Jean-Paul Guerlain est d’un rose…

Le château mordoré d’ombres (Dessin-poème de l’Oiseau-Lyre)

Le château mordoré d’ombres Qu’il vive à jamais ce château mordoré d’ombres, Né d’un songe fantasque délavé d’esprit, Qu’il aille en brûlant d’un cri d’encre et de pénombre Ce rêve de papier qu’un réveil a bruni. G.L.S.G., 15 décembre 2014

Sphinx (L’Oiseau-Lyre)

SPHINX Des entrelacs de graves souvenirs Ont vécu au jardin de ton âme Courant comme la glycine femme, Enlaçant mon pauvre amour en gémir. Eh ! dis-moi, sculptural sphinx endormi, Quel vieux mystère encre ta pierre ? Dis-moi quel terrifiant amour contrit…

Miroirs (L’Oiseau-Lyre)

Miroirs Mirant ton visage clair et inaltérable Qui était demeuré le même qu’autrefois J’ai cueilli dans l’eau du puits ton reflet trois fois Comme en un miroir à jamais verre s’ensable. L’Oiseau-Lyre

Avril à Nevers (L’Oiseau-Lyre)

Avril à Nevers (Poème de douze heures pour le Cartel de F.W.) Ding I L’horloge d’or avait surpris Avril à Nevers II Sous les tilleuls du miroir aux heures vibratiles III Avril à Nevers, les nœuds de satin se dénouent…

L’Immaculée Conception (L’Oiseau-Lyre)

L’Immaculée Conception Comme pluie tombe en terre Sans la noyer Comme musique passe cloison Sans la froisser Comme soleil passe vitrail Sans le casser Comme sommeil pénètre corps Sans l’outrager Comme faisceau transperce lentille Sans la fracturer Comme ombre épouse…

L’ultime soleil (L’Oiseau-Lyre)

L’ultime soleil Les eaux des escaliers descendaient vers les rampes De travertin fossile en une course lente, Puis s’endormaient, soudain apaisées sous les pampres Du bassin qui pleurait les défuntes amantes. Les illusions du jeune homme s’étaient noyées En ce…