Les Cyanotypes de Gabrielle de Lassus Saint-Geniès /concept et démarche artistique

« Quoi de plus mystique comme expérience que de travailler avec les Quatre Éléments pour partenaires artistiques : la Terre m’offre ses plantes, le Soleil me prête son Feu, l’Eau baigne mes épreuves et l’Air est le grand-maître du séchage ! Et que fait la main de la poétesse ? Elle ordonne, guide et soumet les éléments en leur obéissant.  » 

Gabrielle de Lassus Saint-Geniès

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous trouverez ci-dessus un diaporama mélangeant divers cyanotypes effectués par Gabrielle de Lassus Saint-Geniès. En cliquant sur les liens ci-dessous vous aurez accès aux séries dont ils sont extraits.

Démarche artistique 

Gabrielle de Lassus Saint-Geniès s’est intéressée à la technique du cyanotype  durant l’été 2017 au cours de l’écriture de son premier roman, L’Anglaise d’Azur, consacré à la photographe et botaniste Anna Atkins (1799-1871). Sa première série expérimentale  intitulée ‘Hortus Blues’ est constituée d’une centaine de cyanotypes botaniques. Elle poursuit plusieurs série durant l’été 2018 : 

Arboretum (série d’arbres qui murmurent – été 2018) 

Jardins de Dentelles (série de fabuleux textiles du temps passé – été 2018) 

Hortus Deliciarum (série de constellations botaniques – été 2018) 

Variation de Plumes (série de plumes envolées – été 2018)  

Feuillages philosophiques (série de feuilles paradoxales – été 2018)

Herbes des chemins et des champs (série de merveilles agrestes – été 2018)

Soliflores et Solifeuilles (série de tatouages botaniques – été 2018)

Jardins de Morphée (série du domaine mystérieux des songes – été 2018)  

Hortus Azureus (série de cyano-poèmes – été 2018) 

Jardins de Pondichéry (série botanique de l’Inde du Sud – octobre 2018)

La démarche artistique de Gabrielle de Lassus Saint-Geniès répond à plusieurs impératifs qui sont aussi « nécessité intérieure » : émerveillement botanique, méditation sur la bio-diversité, philosophie du bleu, observation du détail, réminiscences de fractales, poétique de l’écriture de la lumière, travail d’écho à l’oeuvre d’Anna Atkins, rapports entre l’espace et le temps, conscient et inconscient, la nature et les éléments afin de ré-envisager le monde sous un aspect « fait de bleu mystique ».

Qu’est ce qu’un cyanotype ? 

Le cyanotype est une ancienne technique photographique  inventée par le savant anglais John Herschel en 1841, à l’époque des premiers daguerréotypes. John Herschel enseigna sa méthode à Anna Atkins (1799-1871) qui demeure une des pionnières de cet art méconnu et rapidement délaissé au profit de la photographie en noir et blanc permise par l’emploi des sels d’argent.

Aujourd’hui considérée comme une technique de photographie alternative, la cyanographie est un art qui résulte d’une savante (al)chimie. Chaque cyanotype est une épreuve unique qui réagit à la lumière du soleil, en transformant le papier originel blanc en un bleu ‘cyan’ aux variations infinies, grâce à l’emploi de composés chimiques dont chaque feuille est imprégnée (ferricyanure de potassium et citrate d’ammonium ferrique). Il s’agit donc de photogrammes qui permettent de saisir les contours des objets, par exemple des plantes, des dentelles, des plumes, des textiles, etc. La couleur bleue se décline dans ses nuances azuréennes, selon des techniques très précises, uniques et personnelles propres à la singularité de l’artiste. Chaque épreuve devient comme un miracle de couleur en faisant apparaître des silhouettes blanches sur fond de bleu de Prusse, de bleu turquin, de bleu ciel, de bleu-paon, de bleu de velours, de bleu clair ou de bleu nuit.

Vous voulez acquérir un/des cyanotypes ?

Chaque tirage est unique, personnel et inspiré ! Si vous souhaitez un (des) cyanotype(s) issu(s) des séries mises en ligne ou une oeuvre d’art sur-mesure, écrivez à l’artiste sur le lien suivant

Conservation des cyanotypes

Le cyanotype résiste au temps à condition que l’on en prenne soin, comme toute oeuvre d’art photographique, donc fragile. Il peut être exposé, sous verre de préférence, dans n’importe quelle pièce à condition que l’éclairage soit modulé en évitant l’ensoleillement direct fréquent et les forts taux d’humidité. Il peut être conservé dans un album d’art. Tout dépend du format choisi.

Le cyanotype est-il toujours bleu ? 

Comme son nom l’indique, le cyanotype est une épreuve toujours de couleur bleue « cyan » en raison de la réaction chimique des produits employés. Il est possible de varier les couleurs en baignant les tirages dans des solutions qui les font virer en marron, vert ou violet mais ces procédés que nous avons testés n’ont pas retenu notre attention au profit du bleu original et originel.