Libanostalgie

Comme Lamartine avait raison quand il écrivait : « Si l’exil involontaire s’ouvrait jamais pour moi, je ne le trouverais nulle part plus doux que dans un de ces paisibles villages de Maronites, au pied ou sur les flancs du Liban (… ). »…

Une étude de Chopin dédiée à Marie d’Agoult

Henri Lehmann (1814-1882) Portrait de Marie d'Agoult, huile sur toile, Musee Carnavalet (France)

Henri Lehmann (1814-1882) Portrait de Marie d’Agoult, 1843, huile sur toile ©Musée Carnavalet, Paris

En 1837, Chopin fait éditer les douze études pour piano « Opus 25 », dédiées à la femme de lettres Marie d’Agoult (1805-1876). La numéro 1, appelée aussi « La harpe éolienne » est particulièrement magnifique. Ici interprétée par Maurizio Pollini.