Une gracieuse enluminure de Dame Nature

Détail de l’enluminure représentant la Nature, extraite de « Le livre des échecs amoureux moralisés » par Evrart de Conty, Flandres, 15ème siècle. Artiste: Maître d’Antoine Rolin. Lieu de conservation : Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 9197, détail f. 13 (Nature)

 

📒Aujourd’hui nous nous penchons sur le détail d’une splendide enluminure du 15ème siècle extraite du manuscrit « Le livre des échecs amoureux moralisés » par Evrart de Conty (Flandres). On y voit Dame Nature, belle maîtresse du règne animal et végétal, qui apparaît à un jeune homme allongé dans un lit. Vêtue de couleur jaune, cette belle allégorie à la flamboyante chevelure blonde couronnée est entourée de perroquets, de paons, de geais, d’oiseaux, de papillons et de végétaux comme de délicats ornements : chardon, pensée, fraise, iris, etc. À travers une gracieuse métaphore picturale et littéraire, la Nature invite le jeune homme à se lever afin de contempler la Création pour méditer sur la complexité infinie du vivant et développer son intelligence en “quittant le lit d’enfance, d’ignorance et d’oisiveté”.

👨🏻‍🎨 L’artiste est connu sous le nom de Maître d’Antoine Rolin.

🏛Lieu de conservation : Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 9197, détail f. 13 (Nature) (voir dans sa page).

Transcription du texte qui l’accompagne  

🗣 COMMENT NATURE APPARAÎT À L’ACTEUR

“Il lui sembla alors voir apparaître une dame appelée Nature, qui venait aimablement l’instruire et lui reprocher sa paresse. Elle l’invitait à se lever, à aller visiter le monde et à employer son temps à quelques bonnes œuvres. […] Ainsi, Nature voulait lui dire que, pour lui qui était déjà dans l’âge parfait, avec les sens bien disposés et l’entendement prêt à comprendre le bien ou le mal, c’était grande paresse et grande honte s’il ne les employait pas à bonne œuvre. C’est pourquoi elle voulait qu’il se lève et qu’il quitte le lit d’ignorance, d’enfance et d’oisiveté, car ce lit est beaucoup plus périlleux que celui où coucha Lancelot. Et elle voulait qu’il aille voir le monde pour comprendre sa beauté et les grande merveilles de la nature, afin d’occuper son temps à quelque œuvre honnête et profitable, de louer le Créateur qui fait de telles merveilles et d’y employer son temps et son entendement, comme le font les oiseaux qui, dès le point du jour, commencent à chanter, et s’y emploient très souvent toute la journée.”

Page enluminée représentant la Nature, extraite de « Le livre des échecs amoureux moralisés » par Evrart de Conty, Flandres, 15ème siècle. Artiste: Maître d’Antoine Rolin. Lieu de conservation : Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 9197, détail f. 13 (Nature)