Auteur : L'Oiseau-Lyre

Trois jours à Cambridge

Vers l’Outre-Manche Quitter Paris pour retrouver l’Angleterre procure toujours un délicieux frisson d’évasion. L’aventure britannique n’a pas son pareil car Albion n’est pas si perfide qu’on le prétend. Le café de l’Eurostar tord l’estomac et donne la migraine, mais nous…

Libanostalgie

Comme Lamartine avait raison quand il écrivait : « Si l’exil involontaire s’ouvrait jamais pour moi, je ne le trouverais nulle part plus doux que dans un de ces paisibles villages de Maronites, au pied ou sur les flancs du Liban (… ). »…

Lire et relire l’Éloge de la Folie d’Érasme

  « J’ai cherché plutôt à faire rire qu’à mordre ». C’est avec un éclat de rire que l’on ouvre et que l’on referme l’Éloge de la Folie d’Érasme, délicieuse satire qui n’a pas pris une ride depuis sa publication en 1511…

Un poème de Jean Lorrain dédié à Gustave Moreau

Épilogue à Gustave Moreau I Le rapsode était mort; la lyre en bois sculptée Gisait près du cadavre au milieu du torrent. La Muse entre ses bras prit la tête en pleurant, La tête encor saignante et fraîchement coupée, La…

Fugacité du papillon, volatilité de la bulle, cruauté de la faux…

(Cette conférence a été donnée le samedi 4 juin 2016 dans le cadre de l’Université de Printemps sur le thème « Chronologies, chrononymies et autres figures du temps », au sein du Festival d’Histoire de l’art de Fontainebleau*.) 1/ Représentations et…

La subtilité de la musique par Paul Claudel

« La peinture arrête le soleil. L’architecture pétrifie la proportion, et la sculpture l’attitude. La poésie met en œuvre des matériaux résistants : mobile elle-même, elle impose au lecteur pour l’appréciation du spectacle, de l’ode, du récit, de la scène,…

Une étude de Chopin dédiée à Marie d’Agoult

  En 1837, Chopin fait éditer les douze études pour piano « Opus 25 », dédiées à la femme de lettres Marie d’Agoult (1805-1876). La numéro 1, appelée aussi « La harpe éolienne » est particulièrement magnifique. Ici interprétée par Maurizio Pollini.

Le Riviera-Paris, un inoubliable bar éphémère à Ménilmontant

Les hipsters sont beaux sur fond de Tame Impala, les tatouages deviennent paysages le long de la Villa Gaudelet à Oberkampf. Entre les divans rétros et sous les plantes semi-tropicales, le Riviera ouvre ses bras  pour que puissent s’y jeter…

L’angélique, plante des anges et des fées

La sève du printemps redonne vigueur à l’Angélique officinale, plante princière de la famille des Ombellifères qui ouvre ses éventails vert tendre en déployant ses vertus aussi esthétiques que médicinales. Georg Franz Hoffmann la nomme Angelica Officinalis alors que Linné l’appelle du nom…

Lorenzo et Isabella, les amants tragiques de John Everett Millais

Tableau de jeunesse du britannique John Everett Millais (1829-1896), la toile fascinante Lorenzo et Isabella (fig.1) a été peinte de novembre 1848 à avril 1849, à l’époque où naît le groupe des Préraphaélites. Pour cette peinture très personnelle qui plonge ses…

L’allégorie peut-elle mourir ?

Genèse, généalogie et puissance vitale de l’image allégorique Final chair du colloque international «Vierges, épouses, mères. Les personnifications nationales à l’Époque moderne » le jeudi 31 mars 2016 (Paris, les 29-31 mars 2016, organisé par l’Institut historique allemand, le Centre allemand…