La délicate recette du Miel de Pissenlit

Surnommé l”or des prairies”, le Pissenlit (Taraxacum officinale) est une plante médicinale et culinaire issue de la famille des Astéracées. Il est facilement reconnaissable avec ses capitules jaune d’or, sa tige creuse rempli d’un latex blanc et ses graines à aigrette plumeuse que le souffle du vent…ou de l’enfant disperse.

Usage du Pissenlit

Rempli de vitamines, minéraux, protéines, le pissenlit possède de nombreuses propriétés qui le rendent indispensable à la phytothérapie en lui faisant pardonner d’être assez envahissant dans la nature. Avec ses fleurs mellifères, il attire les abeilles. Les racines fraîches servent à purifier l’organisme, torréfiées elles se consomment comme succédané de café. Les jeunes feuilles en forme de dent de lion (qui lui ont donné le surnom vernaculaire de dandelion en Angleterre) peuvent être servies en salade et en soupe. Les bourgeons floraux peuvent être conservés comme des câpres. Les fleurs servent aux décoctions à boire ou aux lotions pour éclaircir le teint.

Riche en principes amers tels que l’insuline et la taraxacine, on préconise le pissenlit pour les problèmes hépatiques, les calculs, les troubles rénaux, la perte d’appétit, les rhumatismes, et les problèmes digestifs ou de voies respiratoires. C’est une plante dépurative et diurétique qui entre souvent dans la pharmacopée des cures de printemps.

À propos du miel de pissenlit

Le pissenlit sert aussi à fabriquer la délicate gelée de pissenlit ou “cramaillotte”. Si on l’appelle à tort “miel de pissenlit” le nom va si bien à sa couleur dorée qu’on le garde avec plaisir ! Oui, cette gelée contient du pollen mais pas de produit de la ruche transformé par les abeilles. Bonne au palais et bonne pour la santé, cette confiture se sert en tartine, accompagne les yaourts, les gâteaux, se marie parfaitement avec des madeleines à l’heure du thé…et pourquoi ne pas en ajouter une cuillère avec un canard aux agrumes revenu à la poêle ? Chacun en fera ce qu’il lui plaît mais avant de pouvoir se régaler, il faut s’armer de patience pour réaliser cette recette. Vous êtes sur la bonne page : tout est expliqué dans cet article.

Suivez le guide, pas à pas !

INGRÉDIENTS (pour 1 pot)

  • 250 g fleurs fraîches de pissenlit (qui donneront 150g de pétales après avoir ôté 100g d’involucres des bractées)
  • 1 citron non traité
  • 1 orange non traitée
  • 1 litre d’eau
  • 300 g de sucre gélifié
  • 1/2 cuillère à soupe d’agar-agar en poudre

MATÉRIEL

  • 1 bassine à confiture
  • 1 cuillère en bois
  • 1 zesteur
  • 1 planche à découper
  • 1 couteau
  • 1 chinois
  • 1 pot à confiture
  • 1 étiquette
  • DURÉE : 1 journée !
  • CONSEIL (lisez bien !) : Attention, cette recette demande du temps et de la délicatesse. Ne vous lancez pas dans le Miel de Pissenlit si vous êtes pressé (e) au risque de ressentir beaucoup de frustration ! Choisissez une journée de printemps ensoleillée durant laquelle vous aurez du temps, de l’énergie et de la patience : il vous faudra cueillir beaucoup de fleurs en fin de matinée car les pissenlits ne sont ouverts qu’entre 10h et 18h et se referment par temps humide ! Ensuite vous passerez rapidement à l’étape de l’épluchage des involucres en début d’après-midi : il vous faut impérativement les enlever sous peine de manquer votre miel car les collerettes vertes du pissenlit lui donneraient de l’amertume. Cette partie est amusante au début mais vite répétitive voire fastidieuse : compter 1 à 2h, assez vite car les pissenlits s’étiolent rapidement ! Puis la cuisson se fait en deux temps : celle du jus dure 45 min et nécessite une surveillance ponctuelle afin que l’eau ne manque pas ; celle du sucre dure 45 min. Bon courage mais l’enjeu en vaut la “chandelle” (autre surnom du pissenlit en passant) !

1/ Cueillez les pissenlits en fin de matinée dans un lieu sans pesticide ou éloigné des zones polluées. La cueillette doit avoir lieu par temps ensoleillé, quand le soleil est au zénith, quand le pollen poudroie sur les capitules et quand les fleurs sont dans leur plein épanouissement. Si vous voyez des bourdons c’est bon signe !

2/ Épluchez-les dès que possible en enlevant les involucres de bractées et les réceptacles pour ne garder que les fleurs liguées et les fleurs tubulées (improprement appelées “pétales”). Cette étape est longue ! (compter 1 à 2 h selon la quantité !) Elle doit être faite très rapidement car les capitules frais s’étiolent à grande vitesse.

3/ Clin d’oeil botanique : prenez le temps de comprendre comment est composée la fleur de pissenlit, de la famille des Astéracées. En effet, cette dernière est en fait constituée de multitudes de 100 à 200 petites fleurs liguées et tubulées ! Voir schéma en photo ci-dessus.

4/ Vos mains se teignent en jaune à cause du pollen ? C’est normal et même très poétique ! N’ayez pas peur, cette coloration s’enlève facilement à l’eau et au savon.

5/ Triez bien les fleurs obtenues afin de vérifier qu’il ne subsiste pas de morceau d’involucre ! (sur la photo vous voyez en vert les involucres, en jaune et vert les capitules de pissenlit, en jaune les fleurs épluchées qui seront utilisées pour le miel)

Note : garder les involucres verts épluchés pour le compost.

6/ Laisser sécher les fleurs au soleil une vingtaine de minutes. (on peut les laisser sécher une nuit aussi)

7/ Touchez comme c’est doux et soyeux !

8/ N’oubliez pas de réserver une petite poignées de fleurs épluchées pour les ajouter dans le jus au moment de la deuxième cuisson.

9/ Pendant que les fleurs bronzent, râpez le zeste du citron.

10/ Coupez les citrons et les oranges en tranches.

11/ Mettez les tranches d’agrumes et le zeste dans une bassine à confiture avec 1 litre d’eau et les pépins pour avoir de la pectine dans le jus de cuisson (placez-les dans un nouet de préférence que vous pourrez ôter ensuite pour éviter de les passer au chinois).

12/ Versez délicatement les pétales de pissenlit dans la bassine à confiture.

13/ Mélangez. Faire cuire à feu doux pendant 45 min environ. Surveillez la cuisson en remuant régulièrement. Vérifiez-bien qu’il reste de l’eau dans la bassine, sinon en rajouter si le niveau est trop bas afin d’éviter que la cuisson brûle les pétales qui doivent mijoter.

14/ Filtrez au chinois le mélange au-dessus d’un saladier, en pressant bien. Admirez la couleur jaune d’or ! Garder le mélange de fleurs filtrées qui reste dans le chinois pour le compost.

15/ Ajoutez le sucre à la décoction et mélangez.

16/ Jetez la poignée de pétales réservés et faire cuire environ 45 min. Sentez la bonne odeur, sans vous brûler ! En fin de cuisson ajoutez l’agar-agar, mélangez, faites cuire 5-6 min.

17/ Pour vérifier que la confiture soit prise, trempez une cuillère en bois et faites “perler” une goutte. Il faut que celle-ci s’attache en collant. Mettez en pot, admirez la couleur blond doré et étiquetez ! 😉 Attendez une nuit. Si la gelée de pissenlit est trop liquide, ne pas hésiter à la recuire 10 à 20 min selon la consistance.

Et voilà ! Il ne vous reste plus qu’à vous régaler !

©GLSG, le 9 mars 2021