Le thé des amants (L’Oiseau-Lyre)

Le thé des amants

Qu’il est doux de demeurer là auprès de vous
Tandis que le thé bleu des amants s’évapore
Sans autre souci que de vivre à vos genoux
Et respirer votre cœur que mon cœur adore.

Qu’il est vrai de rester contre votre poitrine
Sans la quitter pour les froids exils des ailleurs,
Sans chercher d’autres yeux ni aucun autre signe
Que celui de votre regard dont je suis sœur.

Qu’il est vraiment bon de vivre en votre présence
Toute entière liée à vous que je vénère,
Vous dont la grâce me rend au juste silence
Et me ramène au foyer de votre mystère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.