Les vêpres dernières (L’Oiseau-Lyre)

(c) The National Gallery, London; Supplied by The Public Catalogue Foundation

Les vêpres dernières

ô l’écueil de la rage et de la lassitude
De ne savoir point la beauté de patienter !
ô la langueur trouble qui fait trembler l’étude
En épelant ses faiblesses indéterminées !

Le venin froid distille le sort noir de sa mort:
Abolissez l’orgueil des baisers de vipères !
Mais sur les ruines de l’église de nos deux corps
Chanterons-nous ce soir les vêpres dernières ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.