Allégorie de l’amante (L’Oiseau-Lyre)

Allégorie de l’amante

Mes cheveux en mèches de ruisselantes gemmes
Embaument l’ambre chaud que l’on cueille à Minuit
Dans les ocres chefs d’œuvre à la Botticelli
Que mon âme plus que toute autre peinture aime.

Diadèmes de pivoines m’inclinent la tête
Qui réfléchit la pensée mêlée de passion,
Tout mon corps se soumet aux couleurs des saisons
Dans l’éloquence de leurs nudités parfaites.

J’ai pour emblème le cœur, la flèche et la fleur,
Pour devise celle de Juliette immortelle,
Pour amant l’artiste m’ayant faite charnelle
À l’ébauchoir des sens de Florence et d’ailleurs.