Les idéalistes (L’Oiseau-Lyre)

16

Les idéalistes

Nous sommes bien peu de choses
Mais nos yeux cherchent des édens,
Des sons neufs ombrés de roses,
Parfums déliés de peines.

Nous cherchons des âmes sauvées,
Des visions vraies et sans douleurs,
Des liaisons d’éternité,
Des baisers sans l’ennui des pleurs.

Nous voulons des rêves jeunes,
Des aubes peuplées de songeurs,
Des paroles qui ne jeûnent,
Des réveils sans mort, ni heurts.

Gabrielle de Lassus Saint-Geniès