Le crâne de Byron

Unknown

Souvenir de Byron et de ses amis de Cambridge invités dans son château austère de Newstead Abbey:

« On dînait entre sept et huit heures. Après le dîner,on faisait passer à la ronde un crâne humain rempli de vin.C’était celui de quelque moine,dont le jardinier avait trouvé le squelette en bêchant. Byron l’avait fait monter en coupe par un orfèvre de Nottingham,qui l’avait renvoyé bien poli et couleur écaillé de tortue.Il avait composé des vers sur cette coupe:

« J’ai vécu, j’ai aimé, plaisanté comme toi :
Je suis mort : que la terre abandonne mes os ;
Remplis, ami-tu ne peux me faire aucun mal ;
Les vers ont des lèvres plus affreuses que les tiennes.

Mieux vaut contenir le raisin mousseux,
Que nourrir la race rampante des vers ;
Mieux vaut enfermer dans mon cercle 
Boissons des Dieux que viande de reptile. »

in Vie de Byron, par André Maurois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.