Le suave Hymne des Chérubins de Tchaïkovski

 

En 1884-85, le musicien russe Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893) compose une série de pièces sacrées parmi lesquelles figure le suave hymne des Chérubins inspiré par le Cherubikon de la liturgie de Saint Jean Chrysostome (v.344-407). Dans la tradition orthodoxe, ce chant est destiné à introduire la célébration de la messe par le choeur des anges adorateurs, en unissant la contemplation des hommes à celle de la hiérarchie céleste, parmi lesquels les Chérubins suivent immédiatement les Séraphins*. Le prodigieux compositeur parvient à unir mystique et romantisme musical en peignant les vibrations dorées des acclamations angéliques, portées ici par la voix des hommes. Un miracle  de beauté !

Paroles :

« Nous qui représentons mystiquement les chérubins,
et qui chantons à la Trinité l’hymne trois fois saint qui donne la vie,
écartons les soucis terrestres
pour recevoir le roi de tous,
escorté invisiblement par les cohortes angéliques.
Alleluia ! »

* Voir à ce sujet les traités sur la hiérarchie angélique du Pseudo-Denys l’Aréopagite (v.500)