RADIS Raphanus sativus

Oserais-je croquer l’ami Radis
À qui je pense sans jamais vouloir,
À qui je songe sans jamais surseoir,
De qui je suis malgré moi ennemie ?