PRÊLE Equisetum arvense

Deux onagres galopent vers l’étang,
Dans les Prêles acides qui s’étiolent :
Leur amour est impossible et pourtant
Quelle espérance absurde les affole ?