MASSETTE Typha latifolia

Il ne reste plus dans mon cœur vide et éteint
Que les barreaux des feuillages de Massette,
Qu’une malheureuse et funeste alouette
Qui se cogne en moi comme aux parois du destin.