COING Cydonia oblonga

Coing, pauvre ami, il faut toujours te cuire
Pour pardonner ta vive crudité,
Et dans la bassine, Coing, te recuire
Avant d’expirer ton soupir sucré.