AGRIPAUME Leonorus cardiaca

Veillant auprès de la palme de l’Agripaume,
Je pense à toi qui te dissimule et te tais,
J’ouvre et je referme les feuilles de mes paumes,
Mais tu t’endors sans m’attendre à ton chevet.