L’extraordinaire racinier de Lichtenegger et Kutschera

{RACINE} nom féminin, du latin classique radix, -icis, base, source, fondement.

 Organe généralement souterrain des plantes vasculaires, qui les fixe au sol et qui assure leur ravitaillement en eau et en sels minéraux.

Lichtenegger, E. (Erwin), Système racinaire de l’Adénostyle à feuille d’alliaire (Adenostyles alliariae) 1997 ©Wageningen University & Research et Wurzelforschung

L’université de Wageningen détient dans ses collections un chef d’œuvre méconnu, fruit de l’immense travail conjoint du Professeur Erwin Lichtenegger (1928-2004) et du Professeur Lore Kutschera (1917-2008), tous deux spécialistes de l’étude des plantes et plus spécialement des systèmes racinaires.

Lichtenegger, E. (Erwin), Système racinaire de l’Achillée millefeuille (Achillea millefolium) 1960 ©Wageningen University & Research et Wurzelforschung

Ce recueil de racines ou “Racinier” est composé d’un rare ensemble de plus de 1000 dessins qui ont été constitués durant plus de 40 ans à partir de l’étude analytique et de la description de systèmes racinaires de végétaux européens. Parmi les objectifs de ce projet, on trouve celui d’observer les conditions de pousse de certains végétaux afin d’aider à développer de nouvelles cultures agricoles notamment en observant le principe de développement et de concurrence des racines. Ces travaux ont donné lieu à de nombreuses publications dont l’atlas des racines, le célèbre Wurtzelatlas avec Monica Sobotik.

Lichtenegger, E. (Erwin), Système racinaire de l’Alysse des montagnes (Alyssum montanum) 1992 ©Wageningen University & Research et Wurzelforschung

La numérisation de ces planches suscite l’admiration ! Il suffit de cliquer sur la collection mise en ligne sur le site de l’Université de Wageningen et de faire défiler chaque plante l’une après l’autre pour s’émerveiller de leur structure et de la finesse du trait qui accompagne la précision de l’observation. Combien d’heures et d’années surgissent en filigrane de ces dessins ? Lichtenegger et Kutschera ont creusé le sol en révélant le “caché” de la plante, les humbles racines qui pourtant s’étendent sous l’humus comme les fondations nécessaires de l’architecture de la plante entière. Leur travail minutieux nous rappelle qu’il suffit de sectionner les racines de cette plante pour qu’elle s’écroule comme une cathédrale sans ancrage dans la terre.

Lichtenegger, E. (Erwin), Système racinaire de la Chicorée sauvage (Cichorium intybus) 1992 ©Wageningen University & Research et Wurzelforschung

Nous voyons ainsi comment les racines de chaque végétal s’étendent en réseaux d’une grande complexité, soit très verticalement, soit très horizontalement, soit très profondément, soit très en surface. On y trouve des plantes sauvages, des herbes cultivées, des végétaux agricoles aussi bien que des arbres ou des orchidées dont les racines deviennent des fils et filaments intriqués comme des dentelles botaniques.

Lichtenegger, E. (Erwin), Système racinaire du Perce-Neige (Galanthus nivalis) 1982 ©Wageningen University & Research et Wurzelforschung

Elles reflètent l’âme souterraine inconnue de plante pourtant si connues ! Tout le monde connaît l’ortie mais qui connaît vraiment le système racinaire de l’ortie ? La même question se pose pour le système racinaire du carex, de la centaurée, du genévrier, de l’artichaut et tant d’autres. Chaque espèce est présentée sous la forme d’un dessin noir et blanc très minutieux, isolé de son environnement pour mettre en valeur la densité de son système racinaire. L’ensemble aboutit à une véritable systématique originale qui complète l’analyse botanique de la plante “hors de terre”.

Lichtenegger, E. (Erwin), Système racinaire de l’Ortie (Urtica dioica) 1992 ©Wageningen University & Research et Wurzelforschung

Ce gigantesque atlas mérite d’être plus connu ! Puisse la sélection de planches faite ici contribuer à faire admirer le travail de ces savants qui ont passé tant d’heures dans l’ombre pour faire avancer la connaissance. N’ont-ils pas su transformer les spécimens observés en autant d’extraordinaires oeuvres d’art ?

©GLSG, le 22 août 2021

Sources et Copyright : https://images.wur.nl/digital/collection/coll13 et http://wurzelforschung.at.

Lichtenegger, E. (Erwin), Système racinaire du Géranium des champs (Geranium pretense) 1992 ©Wageningen University & Research et Wurzelforschung
Lichtenegger, E. (Erwin), Système racinaire du Liondent hispide (Leontodon hispidus) 1992 ©Wageningen University & Research et Wurzelforschung
Lichtenegger, E. (Erwin), Système racinaire de la Menthe (Mentha longifolia) 1992 ©Wageningen University & Research et Wurzelforschung