Malaguena (dessin-poème de l’Oiseau-Lyre)

Malaguena, dessin-poème de l'Oiseau-Lyre, 2013

Malaguena, dessin-poème de l’Oiseau-Lyre, 2013

MALAGUENA

Dans le courtil une guitare ou peut-être
Un luth frange les alcôves de pierre.
Un jet d’eau glisse comme un rêve qu’on quitte
En vibrations couleur de malachite

Une femme passe parmi les colonnes,
En robe quadrilobée de reflets ponceaux
Ses paupières brunes s’inclinent en arceaux
On dirait le vibrato d’une chacone.

Comme un souvenir ombragé de lauriers
Elle a l’accord du fandango dans ses roses
Effeuillées en son chapelet d’amorose,
Comme une fugue dans ma mémoire oubliée.

Elle est altière au lento de son pas bleu,
Marchant au rythme d’un parfum désirable
Le long des dalles du patio mozarabe
Que sa statue de beauté rendait lumineux.

O jasmin, o grenades, o palmiers, elle
A préféré rester fidèle à l’Alhambra
Las, plutôt que d’accepter la fleur d’althéa
Qu’en tremblant ma main tendit sous son ombrelle.

L’Oiseau-Lyre, 2013