Le Lys Rouge (L’Oiseau-Lyre)

orphee13

Le lys rouge

Que veux-tu o toi qui tiens ce lys rouge dont je ne sais pas l’odeur des pétales ? De quoi donc est faite la couleur de ton pistil poudré par un scandale antique ?

Orphée aux mains jointes, j’ai joué pour toi de la lyre, j’ai créé des harmonies bachiques et des transes au milieu des vignes martyres jetant leurs fièvres dans les yeux des flûtistes extasiés.

Mais, non, je ne cueillerai pas dans ta main le lys rouge qui tend ses langues comme un dragon de volupté, la fleur de souffrance prompte à tuer ceux qui croient qu’elle guérit et soigne.

Je me contenterai de te contempler, de m’asseoir à tes pieds chaussés de cothurnes folles, et de jouer en laissant saigner mes doigts jusqu’à ce que ma chair en lambeaux ne puisse plus extraire des cordes qu’un long cri d’agonie parant ma lyre d’une couronne de sang.