Hommage à Ronsard (L’Oiseau-Lyre)

Hommage à Ronsard

Quand je serai bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Dirai, chantant vos vers, tremblante en m’étonnant:
Me célébriez-vous du temps que j’étais belle ?

Lors, n’ayant eu ni servante ni damoiselle
A demi sommeillant sous mon commandement
Nulle au bruit de votre nom n’ira s’éveillant,
Bénir votre nom de louanges immortelles.

Vous serez sous la terre et fantôme sans os :
Par les ombres mortes vous prendrez le repos :
Je serai seulement cette vieille accroupie,

Regrettant votre amour et mon furieux dédain,
N’ayant pas vécu pour avoir cru en demain
N’ayant jamais cueilli les roses d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.