Catégorie : POEMES DE L’OISEAU-LYRE

Le sommeil (L’Oiseau-Lyre)

Le sommeil Tinte sommeil de ton grelot sourd de silence, Viens dans ton char de songes scandés de césures ! Quel orgueilleux ne te doit pas obéissance ? Quel traître ne peut se soumettre à ta nature ? Mais chut…

Botticelli (L’Oiseau-Lyre)

Botticelli Les courbes tragiques de tes nymphes blondes Marquent à jamais les vœux sépia de l’Italie, Sur les bords de l’Arno chavirèrent les rondes Que traçaient tes nerveux doigts de mélancolie. Des noces de Florence et de ses fêtes burlesques…

L’ultime soleil (L’Oiseau-Lyre)

L’ultime soleil Les eaux des escaliers descendaient vers les rampes De travertin fossile en une course lente, Puis s’endormaient, soudain apaisées sous les pampres Du bassin qui pleurait les défuntes amantes. Les illusions du jeune homme s’étaient noyées En ce…

Madeleine à la veilleuse (L’Oiseau-Lyre)

Madeleine à la veilleuse L’hiver a mouché les chandelles d’allégresse. Madeleine veillait et pleurait de bien lourds pleurs, Testament limpide à la mèche des détresses, Parchemin sourd cacheté à la cire du cœur. Déjà l’aurore sale accouchait d’un si maigre…

Pygmalion et Galatée (L’Oiseau-Lyre)

Pygmalion et Galatée Les anciens saphirs ne savaient plus agrafer La lumière poreuse d’Adriatique Ni les spinelles retenir l’âme éraflée Des transparences du sein allégorique. Or sa chair d’homme l’engendra première, Sa peau s’ennuagea d’un vœu de mythologie Quand Pygmalion…

Giorgione (L’Oiseau-Lyre)

Giorgione Comment saviez-vous Giorgione vous souvenir Des textures vertes des forêts statiques ? A quelle heure avez-vous puisé le sourire Ourlé des brumes de l’Adriatique ? Vous disiez l’énigme formelle aux savants Qui chétifs, louchaient devant vos sphinges toiles, Vous…

Heureux tropiques (L’Oiseau-Lyre)

Heureux tropiques Gaufres et thés à la vanille Tes yeux bruns-jaloux me torpillent, Je bois l’amer de ton parfum Mon gentleman proche et lointain. Cigarette en feu de biscuit Trempée dans les Îles Bourbon, Des vahinés aux corps d’or cuit…